Que vous arriviez par voie terrestre depuis la bouillonnante frontière thaïlandaise, ou bien par les airs depuis l’aéroport international de Phnom Penh, vous vous apprêtez à découvrir l’une des perles de l’Extrême-Orient. Longtemps méconnu des voyageurs par rapport à ses voisins vietnamien ou thaïlandais, le Cambodge est aujourd’hui l’un des pays les plus dynamiques d’Asie du Sud-Est. Traversé d’un bout à l’autre par le mythique fleuve Mékong, ce royaume d’un peu plus de 16 millions d’habitants n’a pas fini de fasciner les Occidentaux. Une fois la lourde chaleur tropicale encaissée, il est temps de commencer nos aventures.

Un pays jeune et accueillant

C’est la première chose qui m’a frappée en posant le pied à Phnom Penh, la capitale du Cambodge : quelle jeunesse, et surtout quelle effervescence ! Les tuk-tuk, ces trois-roues avec un habitacle à l’arrière qui font office de taxi, défilent dans tous les sens. D’un cri ou d’un coup de klaxon, on vous hèle pour que vous montiez faire un tour. L’immense majorité de la population a moins de 40 ans : c’est ce qui explique en partie la vie qui foisonne dans les rues multicolores de la capitale. En me promenant le long des quais qui bordent le Mékong, j’ai été agréablement surprise de découvrir un grand nombre de bars et de restaurants très animés, où la jeunesse khmère se mélange aux touristes et aux expatriés dans la joie et la bonne humeur. Au gré des ambiances musicales, vous n’aurez aucun mal à sympathiser avec un groupe de locaux.

Un développement fulgurant depuis quelques années

À ceux qui connaissent bien le Cambodge, il peut sembler méconnaissable d’une année à l’autre. Même si la population reste globalement pauvre, surtout dans les régions rurales, la croissance économique y est l’une des plus fortes d’Asie depuis la fin des années 1990. J’ai parfois l’impression que les immeubles de Phnom Penh poussent comme des champignons. Personne ne sait à quoi ressemblera la ville dans 5 ou dans 10 ans, c’est pour cela que je recommande vivement de la visiter dès que possible ! Le point positif de cette course vers le développement, à mes yeux, c’est l’amélioration rapide des conditions de vie dans les villes. Désormais, il me semble qu’une classe moyenne cambodgienne est en train d’émerger. Si vous voulez vous faire de nouveaux amis parmi eux, n’hésitez pas à leur proposer un KTV – le karaoké local !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.