En France, en dehors de Paris, il existe peu de restaurants typiquement cambodgiens. Quand on parle de gastronomie khmère à quelqu’un, il est rare qu’il ait une idée précise de ce à quoi s’attendre. Et c’est bien dommage ! Sur place, vous allez découvrir une cuisine stupéfiante dans la variété et la subtilité de ses saveurs. Même dans la capitale, le coût de la vie reste très bas, principalement en ce qui concerne la nourriture. Comptez deux ou trois dollars pour un déjeuner sur le pouce et une quinzaine tout au plus pour un dîner sur l’une des tables les plus en vogue de Phnom Penh.

Une cuisine au carrefour des influences

Autrefois hindouiste et aujourd’hui à majorité bouddhiste, le Cambodge a de tout temps été à l’étroit entre les géants indien et chinois. Cette double influence, qui a duré pendant des siècles, se retrouve immanquablement dans sa cuisine. Le soja est omniprésent dans la gastronomie cambodgienne, et on trouve à Phnom Penh de nombreux restaurants où on fabriquera sous vos yeux les lāmiàn, ces pâtes étirées à la main et originaires du nord de la Chine. Mais l’Inde n’est pas en reste, puisque les épices comme le curry sont également très répandues parmi les plats locaux. C’est d’ailleurs dans un restaurant de Kampot, d’où provient le fameux poivre du même nom, que j’ai goûté le plat le plus épicé de toute ma vie !

Le paradis de la « street food »

Quelles que soient vos exigences alimentaires, vous ne quitterez pas le Cambodge sans avoir mangé dans l’une de ces innombrables échoppes qui longent les quais et les trottoirs, et qui servent les plats sur des petites tables en plastique. Matin, midi et soir, c’est là que mangent les Cambodgiens pressés qui doivent partir travailler. Si le confort est rarement optimal au bord de la route, assis sur une chaise qui semble avoir été fabriquée pour des enfants, c’est néanmoins une expérience inoubliable. Et si vous avez le bonheur de retourner déjeuner deux ou trois fois de suite à la même table, le sourire de la patronne vous fera vite comprendre que vous êtes désormais ici chez vous ! La qualité de la nourriture de rue au Cambodge est plutôt bonne, et on peut avoir de très bonnes surprises. Profitez-en pour goûter l’amok, un délicieux poulet au coco servi dans une feuille de bananier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.